Une visite en Tunisie riche en expérience dans la lutte contre la traite des personnes

Du 17 au 18 décembre 2019, les bureaux de l’OIM en Tunisie et au Burundi ont facilité l’organisation d’une visite d’échange entre les représentants de l’Instance nationale de lutte contre la traite en Tunisie et ses homologues du Comité interministériel de lutte contre la traite des personnes de la République du Burundi.  Les deux pays ont une priorité commune en matière de lutte contre la traite internationale, et une commune motivation de créer des liens de partenariat avec les pays de destination.

« Nous avons trouvé cette visite très utile. Le gouvernement du Burundi s'est engagé à lutter contre la traite. Ayant vu les progrès réalisés par la Tunisie avec un budget limité, nous sommes motivés à entreprendre quelques actions à la suite de cette visite », s’engage Olivier Nkundimfura, Coordinateur du Comité de la lutte contre la traite au Burundi quelques heures après cette visite en Tunisie. 

Les bureaux de l’OIM au Burundi et en Tunisie facilitent souvent le retour des victimes de la traite en toute sécurité dans les pays d'origine. La visite a permis l’échange de bonnes pratiques en matière de lutte contre la traite, dans sa dimension interne et internationale, et notamment sur la mise en place d’un Mécanisme National d’Orientation pour la protection et l’assistance des victimes.

Les deux bureaux de l’OIM ont aussi discuté les possibilités de partenariat, des campagnes de sensibilisation et de la compilation des données sur les victimes de la traite identifiées et assistées ; ce point dernier étant une priorité pour les deux pays. Les réunions et les visites ont mis en évidence la nécessité d'un moyen structuré d'échanger des expériences sur la lutte contre la traite sur tous les piliers entre les gouvernements africains.

L’OIM compte plus de mille victimes burundaises qui ont été identifiées ou assistées dans les dernières années, dont environ 700 ont été identifiées par l'OIM et ses partenaires d'exécution. Les victimes burundaises de la traite transfrontalière, ont été identifiés, en particulier au Moyen Orient et en Afrique de l'Est, mais les cas de traite interne sont de plus en plus connus et identifiés.

Le Gouvernement burundais a mis en place un Plan d’Action National de lutte contre la traite pour 2019-2020, qui est actuellement mis en œuvre avec l'appui technique de l'OIM. Le progrès fait par la Tunisie en matière de lutte contre la traite et la protection des victimes depuis l’adoption de la loi nationale de lutte contre la traite a influencé le choix du pays à visiter pour la délégation burundaise. La Tunisie est sur le point de finaliser son Mécanisme National d’Orientation pour la coordination, l’identification et le référencement des victimes de la traite pour les services de protection. 

Madame Raoudha Laabidi, Présidente de l’Instance Nationale de Lutte Contre la Traite des Personnes, a remercié l’OIM d’avoir facilité cette visite et s'est déclarée prête à soutenir le comité burundais naissant pour coordonner ses efforts, y compris le partage de ce que la Tunisie a appris ces dernières années. « Ensemble, nous pouvons et devons avancer », a-t-elle conclu à l'issue de la visite. 

Auteur :Olivier Bizimana

The Um fashion