Une synergie autour de l’OIM pour mettre fin à la traite des personnes

Dans le but de renforcer la capacité du gouvernement à lutter contre la traite des personnes, l'OIM, en partenariat avec le gouvernement du Burundi, a lancé ce 23 janvier 2020 un projet intitulé « Renforcement de la réponse nationale à la prévention de la traite des personnes, à la protection des victimes et aux poursuites judiciaires au Burundi ». Ce projet de deux ans dotés d'un budget de 1,5 million de dollars est financé par l'Agence des États-Unis d’Amérique pour le développement international (USAID).

« L’OIM est impatient de mettre en œuvre ce projet qui soutient le gouvernement du Burundi sur les quatre piliers de la lutte contre la traite », a déclaré la Cheffe de mission de l'OIM au Burundi, AJ Morgen. Ce dernier indique poursuivre le travail que l’OIM a commencé avec le Comité interministériel spécial de lutte contre la traite des êtres humains en aidant ses membres dévoués à coordonner l’orientation et l’aide des victimes par le gouvernement et à documenter l’enquête sur les auteurs présumés. « Nous continuerons d'encourager le Comité à prendre des initiatives en matière de sensibilisation et de renforcement des capacités des autorités burundaises à tous les niveaux administratifs », a-t-elle précisé.

Ce projet vise à combler les lacunes critiques dans les efforts de lutte contre la traite. Mis en œuvre par l'OIM Burundi, le projet sensibilisera les groupes à risque, le grand public ainsi que d'autres parties prenantes clés aux risques de la traite des personnes et à l'assistance disponible. Les victimes de la traite, en particulier celles qui nécessitent un temps de récupération plus long, auront également accès à des services de protection plus nombreux et de meilleure qualité.

De son côté, Garry Conille, Coordinateur Résident du Système des Nations Unies au Burundi, a déclaré aux participants qui ont assisté au lancement du projet que « la lutte contre la traite des êtres humains est essentielle pour atteindre au moins trois des objectifs de développement durable. Par conséquent, le Système des Nations Unies ne ménagera aucun effort pour soutenir les activités financées par cet important projet au Burundi. »

De plus, l'OIM et l'USAID soutiendront activement le gouvernement du Burundi à travers son Comité interministériel ad hoc pour centraliser les informations sur les activités de lutte contre la traite et coordonner les efforts pour lutter contre la traite des personnes au Burundi, ainsi que pour mettre en œuvre et renforcer les lois, politiques et réglementations anti-traite existantes en enquêtant et en poursuivant les cas de traite.

« Les États-Unis ont pris note des défis auxquels le Burundi est confronté dans la lutte contre la traite, et nous sommes ici aujourd'hui pour demander au gouvernement d'améliorer les mesures de prévention et de protection des victimes de la traite, tout en veillant à ce que les auteurs soient poursuivis", a déclaré l’Ambassadeur Eunice S. Reddick, Chargée d'affaires à l’Ambassade des États-Unis au Burundi.

Les activités dans le cadre du nouveau projet comprendront : la formation d’organisations locales pour continuer à sensibiliser les communautés cibles et l'organisation de sessions de formation multidisciplinaires à l'intention des procureurs, des juges, des policiers et des agents de l'immigration.

Le nouveau projet reflète l’engagement du gouvernement à lutter contre le travail forcé et la traite des êtres humains. Dans son discours, Gaston Sindimwo, Premier Vice-Président de la République du Burundi a rappelé l’importance de ce projet qui vient à point nommé, expliquant que le projet appuiera les travaux du gouvernement contre la traite, et en particulier les efforts de renforcement des capacités, de prévention et d’orientation du Comité interministériel.

L'OIM soutient déjà le gouvernement du Burundi pour lutter contre la traite grâce à un financement du Royaume des Pays-Bas. Ce financement a permis à l'OIM de soutenir les activités liées à la prévention et à la sensibilisation, de fournir une assistance aux victimes et de soutenir le travail des agents d'immigration et de police.

Auteur :Olivier Bizimana

The Um fashion