L’OIM au front dans la lutte contre le virus Ebola

La dixième épidémie d'Ebola en RDC frontalière avec le Burundi a récemment été déclarée ‘’urgence publique de portée internationale’’. Un total de 3 191 cas et 2 133 décès ont été enregistrés depuis son apparition. Selon l'Organisation Mondiale de la Santé, 1 000 autres personnes ont survécu à la maladie et sont rentrées chez elles. Une contamination transfrontalière a également été signalée dans le district de Kasese en Ouganda. Une formation des agents frontaliers a été organisée par l’Organisation Internationales pour les Migrations pour parer à toute éventualité d’infection.

Grâce au financement du gouvernement japonais et de l'Union européenne, l'OIM, en collaboration avec le gouvernement du Burundi, a organisé une formation du 09 au 11 octobre et du 15 au 17 octobre à l'intention de 110 agents frontaliers des secteurs de la santé et d’autres secteurs comprenant des agents de contrôle de la santé de première ligne à certains points d’entrée dans les districts sanitaires de priorité 1 et 2, des agents des services de l’immigration et de la police des frontières, des agents des douanes et d’autres agents travaillant aux frontières entre le Burundi, la RDC et le Rwanda. Les principaux partenaires des agences des Nations Unies engagés dans la préparation à la MVE (Maladie à Virus Ebola) ont également été invités dans la formation.

« Cette formation a offert non seulement une nouvelle occasion de renforcer et de pérenniser les efforts déjà déployés par le gouvernement en matière de préparation à la MVE et de gestion des flux de population à la frontière, mais également de renforcer les efforts en cours pour établir une coordination des frontières dans le pays et de l'autre côté des frontières avec d'autres pays », a déclaré Mireille Mugisha, Coordinatrice du département de la gestion des migrations de l’OIM au Burundi.

Dans la région, le Burundi est considéré comme un pays prioritaire 1 à risque d'épidémie de la Maladie à Virus d’Ebola en raison de sa proximité avec les zones où des cas ont été signalés, ainsi que des volumes importants de mobilité transfrontalière. Le risque pour le pays est exacerbé par les frontières poreuses, les connaissances en matière de santé limitées et les connaissances insuffisantes sur le virus Ebola et la transmission des maladies parmi les communautés ainsi que les agents de santé.

Pour faire face à la maladie à virus Ebola qui sévit en la République Démocratique du Congo voisine et à la menace quotidienne d'une éventuelle infection transfrontalière, l'Organisation Internationale pour les Migrations (OIM) a renforcé la capacité des responsables de la santé et de la gestion des frontières au Burundi pour améliorer la préparation et la riposte à une éventuelle épidémie ainsi que la capacité de gérer tout mouvement de masse potentiel dans le pays aux points d'entrée.

La formation a fourni une plate-forme aux responsables gouvernementaux de différents points d’entrée pour échanger des informations, discuter des bonnes pratiques et prendre des mesures pour améliorer le partage d'informations et renforcer la coopération transfrontalière.

Auteur :Olivier Bizimana

The Um fashion