Des ordures devant la porte des hôtels.

On a souvent parlé de la pollution du lac Tanganyika et son impact sur la destruction de l’Ecosystème, mais rarement voire jamais l’impact que la pollution a sur le business.

Le long du lac Tanganyika est un endroit privilégié pour les affaires de l’hôtellerie, bar, restaurants, et autres services de loisir. Qui ne voudrait pas se positionner juste aux bords du lac le plus long du monde, et deuxième plus grand d’eau douce. La capitale Bujumbura comporte plusieurs exemples d’aménagements qui illustrent bien le business tout près du lac. De Gatumba à Kanyosha, on ne peut plus compter les installations avec « Tanganyika » dans leurs appellations. Mais récemment, le lac Tanganyika a été classé premier lac le plus polluer en 2017 par une étude commandée par le GNF (Global Nature Fund) ; cette perle du pays perds son éclat.

L’œil baladeur constate

Dans mes moments de détente, je préfère faire du jogging. Souvent je passe tout près du Lac pour 2 raisons : mes poumons réclament de l’air frais en grande quantité. Mais également une certaine magie fait que quand je m’approche du lac mes soucis se noient doucement. Ce Jeudi passé, j’ai pris l’Avenue de la plage qui sépare le lac et le quartier asiatique. Mon odorat alerte le cerveau, quelque chose sent mal, très mal alors. Oups, je remarque qu’un corps en décomposition, soit un chien ou un chat. Je n’ai pas voulu observer. Mais quand même, sans faire de gros plan sur le corps en décomposition, j’observe le long du lac, un « 3 en 1 »  donc c’est une espace de sable : la plage, un autre espace de végétaux formant de véritables buissons, et un dépotoir fait de déchets solides entassés près de la route.  Juste l’espace entre la parcelle de la Regideso  et celle de la Safi Beach, des déchets domestiques de plusieurs sortes provenant probablement des ménages des alentours couvrent la plage. La grande partie de ces déchets solides ne se décomposeront pas avant des centaines d’années. Tout ça au bord du lac qui revêt une importance capitale dans le tourisme du pays. Pire, l’Avenue de la plage est jonchée de grands hôtels et restaurants du capital : Hôtel Restaurant Tanganyika Lake View, Restaurant Pasta Comedia, Bar la Pirogue, et le célèbre Hôtel Tanganyika.

Réflechissons...

A cette phase, on se met à la place d’un touriste national ou étranger ; ou tout simplement celui qui chercherait un lieu de loisir, ces immondices risquent de perturber l’ambiance festive. Et comment ces institutions parviennent-ils à vendre leurs services malgré le « 3 en 1 ». Comment parviennent-elles à attirer les clients et les encourager à revenir sans pour autant regarder les alentours. Ces hommes et femmes d’affaires qui investissent tout près du lac devraient gagner par le biais de la splendeur du lac. Malheureusement pour voir ces eaux l’on est obligé de faire un bond pour contourner soit un tas de déchets, soit une broussaille. Hélas ces eaux sont aussi sales. En Juin 2018, la Regideso affirmait que le degré de turbidité (degré de la saleté de l’eau)  atteignait plus de 25 alors que le degré normal devrait être inférieur à 5.Cela mène à penser que ces maisons restent perdant malgré les taxes payés pour l’assainissement de l’environnement.

Dans une ville d’un million d’habitants, un appui coordonné pour améliorer la situation de l’écosystème et les conditions de vie des riverains est essentiel. Et à cela s’ajoute la création des aires protégées. En tout cas, l’Autorité du Lac Tanganyika, les responsables administratifs, les protecteurs de l’environnement, et les riverains du lac devraient conjuguer les efforts nécessaires pour la préservation du lac Tanganyika.

 

 

 

 

Auteur :Remezo Yannick

The Um fashion