UE: ‘’LES CONDITIONS ACTUELLES NE SONT PAS FAVORABLES A UN BON ELECTORAT’’.

La mission d’observation électorale de l’Union Européenne a tenu une conférence de presse ce 11 mai 2015 dans les enceintes du Roca Golf Hotel. Le chef de cette mission David Martin a souligné que c’est en réponse à l’invitation du gouvernement du Burundi que cette délégation d’observation a été envoyée. Elle a pour mandat de mener une évaluation objective de toutes les étapes du processus électoral. En bref, elle est chargée de s’assurer si les normes des standards internationaux en matière d’élections démocratiques seront respectées.

                               Le climat n’est pas propice.

Pour le chef de la mission d’observation, les élections ne se limitent pas seulement pas à l’acte de vote. Il faut que les élections se déroulent dans des conditions autorisant la compétition et la pluralité. Avec la fermeture de la radio publique africaine et la coupure des émetteurs des radios privées de l’intérieur du pays par le gouvernement, l’espace d’expression des opinions est restreinte et la possibilité d’être informée devient inexistante. Selon David Martin, ces libertés font partie des conditions essentielles pour la tenue d’élections démocratiques et pour le moment le Burundi ne les remplit pas.

                        Le troisième mandat contraire à la constitution.

La mission d’observation trouve qu’il n’a aucune justification à l’usage de la force pour réprimer les manifestations légitimes. Elle déplore que les manifestations contre le troisième mandat aient été interdites et réprimées alors que celles en faveur du candidat Nkurunziza ont été autorisées et leurs participants protégés. Dans une démocratie l’expression d’opinions différentes à celles du gouvernement ne doit pas être assimilée à une insurrection. En référence à certains membres du gouvernement qui qualifient les manifestations de mouvement insurrectionnel. Le chef de la mission d’observation a réitéré la position de l’UE au sujet de candidature de Pierre Nkurunziza : La candidature du président actuel est contraire à l’esprit d’Arusha et de la constitution.

                             S’il y a report, nous comprendrions.

La mission d’observation de l’union européenne se limitera  sur l'observation et la transmission du rapport du déroulement des élections, c’est aux membres de l’union européenne de prendre de décisions. Et si les conditions de travail de la mission se détériorent, la mission va arrêter ses activités. La mission d’observation de l’Union Européenne affirme qu’elle comprendrait s’il s’avérait indispensable de retarder ou de faire un glissement des élections communales et les législatives .Et si les élections se tiennent dans les conditions actuelles, David Martin ne mâche pas ses mots, il déclare sans faux fuyants qu’il n y ‘aura pas d’élections crédibles.

Auteur :

The Um fashion